Une délégation de tour-opérateurs allemands découvre le potentiel écotouristique de l’Oriental

Une délégation de tour-opérateurs allemands découvre le potentiel écotouristique de l’Oriental

167
0
PARTAGER

La délégation, composée d’une dizaine de TO spécialisés dans l’écotourisme, a visité les provinces de Nador, Berkane, Saidia, Jerada et Figuig, indique un communiqué parvenu mercredi à la MAP.

Ce voyage organisé par le projet MIDEO (migration et développement économique dans l’Oriental) et l’Office national marocain du tourisme (bureau de Dusseldorf) a été l’occasion pour ces TO de découvrir les sites historiques et naturels, les stations balnéaires et l’infrastructure écotouristique de la région, précise la même source.

Parmi les sites découverts par la délégation allemande, figurent les oasis de Figuig, la montagne de Gourougou (Nador), la station balnéaire de Saidia, la valée Zegzel (Berkane) et la région de Gafait (Jerrada).

Ces TO qui visitent pour la première fois l’Oriental, se sont dits impressionnés par la beauté du paysage tout en affichant leur volonté d’organiser des voyages touristiques dans la région en faveur de leur clientèle, indique-t-on.

Le projet MIDEO avait réalisé un diagnostic sur la filière de l’écotourisme au niveau de la région dans le but de contribuer à la mise en place d’une stratégie à même de donner un nouveau souffle au secteur et le rentabiliser en tant qu' »avantage différentiel » pour la région.

L’étude, menée par des experts marocains et allemands, a souligné que malgré le riche potentiel écologique et culturel de la région de l’Oriental, l’écotourisme peine toujours à se développer en raison du manque d’infrastructures d’hébergement appropriées et de l’absence d’une stratégie locale efficiente basée sur la valorisation des produits du terroir.

Selon ces experts, l’Oriental renferme des avantages comparatifs indéniables, surtout naturels, susceptibles d’impulser le développement de la filière, voire de l’ériger en secteur-clé de l’économie locale.

L’accent a été ainsi mis sur la diversité de l’offre avec les massifs montagneux, les espaces forestiers, les zones côtières, les sites naturels d’intérêt biologique et écologique et les sites historiques et archéologiques qui font la richesse de la région.

Une identité culturelle spécifique, la proximité immédiate du marché européen, premier émetteur de touristes pour le Maroc, une forte présence de la société civile en la matière (60 associations impliquées dans le tourisme rural), sont aussi autant d’atouts qui ne sont pas, jusqu’à présent, suffisamment mis à profit, estiment-ils.

L’équipe d’experts s’est intéressée également aux difficultés que rencontrent les professionnels en la matière. Elle déplore dans ce cadre l’absence d’une cartographie de l’offre écotouristique au niveau régional et d’une stratégie de commercialisation, la faible capacité des agences de voyage locales à se reconvertir en agences touristiques ainsi que le déficit de concertations entre les différents acteurs locaux.

Au niveau de l’offre en matière d’hébergement, on souligne la nécessité pour les structures d’hébergement existantes de s’inscrire dans une dynamique d’écotourisme à travers notamment la concurrence loyale dans le but de garantir une mise à niveau constante et un classement validé.

La diversification de cette offre et le respect des règles d’hygiène et de sécurité alimentaire sont également des impératifs incontournables. L’expansion des activités en lien avec l’écotourisme, dont les produits sont de plus en plus prisés, dépend de la capacité de renforcer l’accessibilité aux sites écotouristiques, de former les ressources humaines dans les différents métiers liés à l’écotourisme et de faciliter l’accès aux crédits à travers des produits bancaires adaptés aux petits projets écotouristiques.

Ils ont appelé, par ailleurs, à s’inscrire dans la volonté gouvernementale exprimée dans ce sens, laquelle se traduit par la mise en place d’une politique nationale touristique favorable au développement de l’écotourisme (Vision 2020, la stratégie de développement rural « Pays d’accueil touristique », les PDRT, promotion des produits de niche en relation avec l’écotourisme).

Pour ce faire, ils ont recommandé de réhabiliter l’habitat traditionnel en relation avec ce créneau, ouvrir des espaces de restauration de qualité en pleine nature, développer l’agriculture solidaire et biologique, valoriser les produits de l’artisanat local et développer les activités sportives respectueuses de l’environnement.

Le Projet MIDEO, cofinancé par l’Union européenne et le ministère allemand de la Coopération économique et de développement (BMZ), est exécuté par la GIZ (l’Agence de la coopération technique allemande).

Le projet, qui vise l’amélioration du climat des affaires dans l’Oriental, cible l’ensemble des acteurs impliqués dans la promotion économique régionale et dans l’accompagnement des Petites et moyennes entreprises (PME) notamment le Centre régional d’investissement (CRI), la Chambre de Commerce et d’Industrie ainsi que les différents prestataires de services, les entrepreneurs, les PME et les Marocains résidant en Europe, notamment en Allemagne.

 

MAP___________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

 

 

 

 

 

Commentaires