PARTAGER
La notoriété ne se vérifie pas seulement lors des concerts ou sur les réseaux sociaux. Elle peut s’illustrer également dans des lieux inattendus comme le tribunal de Paris, où ils étaient des centaines à s’entasser, pour apporter leur voix en criant l’innocence de leur idole, Saad Lamjarrad, dans la rude épreuve qu’il traverse pour une histoire de viol présumé. Il aura fallu l’intervention des forces de l’ordre pour canaliser cette foule venue de plusieurs pays d’Europe gardant l’espoir de l’applaudir lors de son concert prévu pour demain.
En larmes et mouchoirs à la main, des filles assises à ras le sol devant le palais de justice crient à l’injustice et demandent, devant les journalistes venus en grand nombre, que le chanteur soit libéré.
Dès les premières heures de la matinée, des cas d’évanouissements ont été rapportés par des témoins de scènes d’hystérie collective de la part d’adolescentes venues des banlieues parisiennes en s’absentant de leurs cours pour rejoindre le mouvement de solidarité improvisé auquel a pu assister le père du chanteur, l’artiste Bachir Abdou, venu du Maroc et ému aux larmes pour ce geste spontané d’admirateurs qui inondent les réseaux sociaux de leurs sentiments pour ce qu’endure leur idole depuis le déclenchement de cette « sale affaire » dont les médias nationaux font malheureusement une couverture incomplète et approximative pour laquelle aucun d’entre eux n’a dépêché des journalistes .

Commentaires