PARTAGER
Une journée à oublier que celle de ce mardi 218 novembre pour les passagers qui devaient emprunter un vol de la compagnie nationale, Royal Air Maroc, suite à un arrêt de travail surprise du personnel naviguant au lendemain d’une réunion avec le syndicat de l’UMT, majoritaire, pour examiner les revendications jugées trop gourmandes par la direction.
Les deux parties se sont quittées sans accord mais laissant la porte ouverte à d’autres négociations quand , subitement, l’état-major de la compagnie a réalisé que le personnel navigant avait engagé , sans prévenir, une grève, qualifiée de sauvage, qui a perturbé tout le trafic à destination des principales desservies par la RAM et créé une pagaille dans l’enceinte de l’aéroport.
Comme à l’accoutumée, c’est le manque de communication avec des passagers livrés à eux-mêmes qui a le plus porté préjudice aux clients de la RAM, effrayés par la tournure des choses puisque cet arrêté de travail est appelé à se prolonger jusqu’à mercredi au minimum, rendant au passage les alternatives plus difficiles à trouver.
Intervenant quelques mois seulement après l’arrivée du nouveau PDG Addou, cette grève est du plus mauvais effet pour son image.

Commentaires