PARTAGER

Une grève de la faim pour se faire entendre et pour mettre la pression sur les autorités et la justice. C’est ce que vient de décider Hamid El Mahdaoui suite à son incarcération.

Condamné à une peine de trois mois de prison et à une amende de 20.000 dirhams pour « incitation des citoyens à enfreindre la loi », le rédacteur en chef du site badil.info vient d’envoyer une lettre au procureur du roi à la cour d’appel d’Al Hoceima ainsi qu’au directeur de l’administration pénitentiaire leur annonçant qu’il se met en grève de la faim.

Le journaliste estime avoir été « condamné sans preuves » et reproche à la justice de ne pas avoir lancé une procédure judiciaire à l’encontre d’un agent de police qu’il accuse de violences physiques.

Hamid El Mahdaoui avait été arrêté le 20 juillet dernier alors qu’il se trouvait à l’intérieur de sa voiture avec un ami à Al Hoceima. Il était venu sur place, affirmait-il, pour couvrir la manifestation.

Commentaires