PARTAGER

Le Maroc était très présent ce vendredi sur la scène des « Cesar » la seule et grande cérémonie des récompenses annuelles décernée à ceux qui font le cinéma. Comme prévu, l’actrice Loubna Abidat qui a cru jusqu’au bout qu’elle remporterait le prix convoité de la meilleure actrice féminine, descendra brutalement de son nuage et rentrera bredouille au pays sans la moindre récompense ni même contrat de travail ou carte de séjour. La police n’a pas voulu gâcher la fête et l’arrêter pour séjour illégal.

En revanche, le Maroc était présent avec une surprise de taille consistant en quatre récompenses obtenues par le film « Fatima » du réalisateur français Antoine Faucon, originaire du royaume qui a su avec une sensibilité traduire sur l’écran, le récit autobiographique de la marocaine, Fatima El Ayoubi, analphabète au départ et qui a édité deux ouvrages sur son parcours personnel d’une femme immigrée, élevant seule ses deux filles. Se sacrifiant pour assurer leur éducation, elle multipliera les boulots sans jamais se plaindre pour que les deux filles, l’une inscrite en médecine et l’autre une adolescente en rupture de ban puissent ne manquer de rien. Bien filmée, l’histoire a bouleversé l’assistance et le film s’est vu promettre une belle carrière par les critiques qui ont applaudi sans discontinuer loin des histoires glauques d’Abidar.

Par Jalil Nouri

Actu-maroc.com

Commentaires