PARTAGER

Il aura fallu vivre la multiplication des agressions contre les enseignants et contre les élèves pour que le gouvernement décide de prendre le taureau par les cornes et de préparer dans l’urgence une nouvelle loi contre ce fléau rampant pour pouvoir la faire adopter dans les prochains mois, au plus tard avant la fin de l’année scolaire en cours, si les amendements proposés viennent retarder la procédure législative et son entrée en vigueur.

C’est la dernière agression d’un élève de 17 ans contre son professeur dans un lycée de la ville de Ouarzazate et dont la vidéo a eu un impact retentissant sur l’opinion publique qui a déclenché le signal d’alarme pour un secteur de l’enseignement frappé de plein fouet par la violence.

Ce fléau qui sévit aussi bien à l’intérieur de l’école que dans son voisinage direct a connu des proportions inquiétantes avec l’apparition toute aussi inquiétante de la consommation des psychotropes et de l’alcool ainsi que des drogues traditionnelles ou de synthèse en vente libre dans les parages des écoles secondaires ainsi que des phénomènes nouveaux comme la généralisation de l’usage d’armes blanches contre lesquels rien n’a pu être mené à temps dès leur apparition. Or tant que ses germes de la violence n’auront pas été éradiqués, la lutte contre la violence dans les écoles restera un vain combat.

Par Nabila Kandili

 

Actu-maroc.com

Commentaires