PARTAGER

Hakima Haité, la ministre délégué à l’environnement dont le statut la place hiérarchiquement sous l’autorité du super ministre de l’énergie et des mines, Abdelkader Amara a été placée devant le fait accompli et privée de toutes ses prérogatives pour ne plus diriger qu’une coquille vide en lieu et place d’un ministère à la tête duquel elle n’a jamais su s’imposer. La ministre du Mouvement Populaire n’a pas réussi à avoir le soutien de son parti pour s’imposer face à son supérieur du PJD qui lui a mené la vie dure durant tout son mandat et n’hésitant pas à la rabrouer en public.

Le pire est que ce désaveu est double puisque c’est elle qui a réussi à obtenir l’organisation de la grande conférence mondiale de la COP22 qui doit se tenir en novembre prochain et que son nom ne figure pas comme première responsable du comité d’organisation. Un déni qui porte la marque du ministre Amara qui a annulé dans la foulée tous les marchés et accords signés par celle qui attend désormais sa nomination prochaine à un autre poste, mais pas en tant que ministre; en vertu d’un accord passé par e chef de son parti, Laenser, avec le chef du gouvernement pour épargner à sa coalition de partir une nouvelle fois en éclats.

A rappeler que la ministre Hakima Haité a défrayé la chronique avec plusieurs affaires de favoritisme et qu’elle a été tournée en ridicule sur les réseaux sociaux pour avoir déclaré qu’elle travaillait 22 heures par jour.

Commentaires