Une nouvelle ère s’ouvre pour l’UpM avec le « printemps arabe » (M. Amrani)

Une nouvelle ère s’ouvre pour l’UpM avec le « printemps arabe » (M. Amrani)

158
0
PARTAGER

« L’UPM, qui rassemble 800 millions d’hommes et de femmes, est à la fois une évidence géographique, une nécessité politique, une opportunité socio-économique et par-dessus tout un besoin stratégique pour les pays de la région », écrit M. Amrani dans une tribune parue mardi sur le site internet du journal français « Le Monde ».

A ses yeux, l’Union bâtie sur l’acquis du processus de Barcelone, lancé en 1995, apparaît aujourd’hui comme « une initiative visionnaire », d’autant plus qu’elle est fondée sur des principes forts et clairs: « égalité, co-appropriation entre les pays du Sud et du Nord, géométrie variable, promotion et assistance au financement de projets et de partenariat régionaux concrets tels que la dépollution de la Méditerranée, le Plan solaire méditerranéen (PSM), etc ».

Elle est appelée, dit-il, à jouer « un rôle clé » dans l’accompagnement et la promotion d’actions régionales innovantes répondant aux besoins des populations et des pays méditerranéens, en oeuvrant pour la mise en place de grands projets régionaux, « en symbiose avec les partenariats et les processus existants qu’elle n’a nullement vocation à remplacer ».

« Il faut maintenant engager une nouvelle étape », plaide-t-il, notant à cet égard que les évolutions politiques dans le monde arabe ont mis en avant l’impératif d’intégrer la jeunesse et plus généralement la société civile dans les processus politiques nationaux.

Ces mouvements populaires, explique-t-il, ont mis au premier plan la nécessité d’un développement économique et social équilibré, d’où l’importance de créer « un environnement propice à la création d’entreprises, favoriser le transfert de savoir-faire et de compétences, soutenir spécifiquement les régions les plus défavorisées ».

L’UpM peut construire, selon lui, dans ce contexte, des « processus originaux d’appropriation » en créant avec l’ensemble des parties prenantes (Etats, institutions internationales, partenaires financiers, société civile) des plate-formes structurées pour « développer les grandes initiatives de coopération et d’intégration régionale (Plan solaire méditerranéen, dépollution de la Méditerranée) », et pour « initier des amorces de politique sectorielles euro-méditerranéennes, aujourd’hui plus que jamais indispensables ».

Ces grandes initiatives régionales portées par l’UpM notamment dans les domaines des énergies renouvelables, des transports et de l’environnement « doivent favoriser la création de filières industrielles, d’emplois qualifiés et les transferts de technologies dans les pays du Sud », assure le SG de l’Union qui met en avant la « structure unique » de son secrétariat qui en fait « un instrument utile et indispensable dans le contexte actuel », en tant que « catalyseur » de ces initiatives.

Il se dit convaincu que « pour faire face aux nouveaux défis », « de nouveaux outils de financement doivent être créés, avec la Commission européenne et les institutions financières spécialisées telle la Banque européenne d’investissements, fonds d’assistance technique, mécanismes de garanties facilitant les initiatives du secteur privé et amortissant le risque politique ».

« Tout ceci ne s’improvise pas. Ce processus multidimensionnel se construit avec l’adhésion de tous les acteurs clés de la région, avec l’appui de l’Union européenne (UE) et de la communauté internationale et en symbiose avec les autres institutions et réseaux méditerranéens: parlements, autorités locales, et société civile », explique-t-il.

Il a mis l’accent à cet égard sur l’importance de veiller à ce que les objectifs et les principes de la nouvelle politique européenne de voisinage actuellement à l’examen de l’UE « convergent avec ceux qui guideront la trajectoire de l’UPM ».

« L’ancrage de plus en plus fort des économies méditerranéennes au marché intérieur de l’UE plaide aujourd’hui pour un objectif plus ambitieux allant au-delà du libre-échange, et s’inscrivant à terme dans la réalisation d’un espace économique commun », conclut-il.

 

map ______________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires