PARTAGER
L’on entend plus parler que de « Burkini » aux quatre coins de l’hexagone et la France se trouve empêtrée dans une nouvelle controverse sur un effet vestimentaire, comme l’avait été le port du voile à l’école, sauf que cette fois-ci, il s’agit d’une tenue de plage qui curieusement risque de dépasser le seul cadre de la saison estival, tellement la polémique va en s’amplifiant.
Tout est parti il y a quelques jours de l’interdiction par le maire de la ville de Cannes du port sur la plage du fameux « Burkini », une tenue de bain « islamique » qui cache toutes les parties du corps de la femme, et qui tend à se répandre au sein de la communauté des musulmanes de France. Quelques jours plus tard, il sera rejoint par son homologue d’une ville corse suite à des rixes entre communautés rivales puis plus tard par certains de leurs homologues à travers toute la France, ce qui fait craindre une levée de bouclier de la part des musulmans pouvant déborder sur une flambée de violence comme l’été sait en allumer dans les quartiers à forte concentration musulmane. Si le chef du gouvernement, Manuel Valls qui a fort à faire avec le terrorisme n’a as encore jugé bon d’intervenir dans cette polémique  » saisonnière » avec son ministre de l’intérieur, il serait utile pour eux de circonscrire l’incendie avant qu’il ne soit trop tard, les défenseurs du « Burkini » étant déterminés à ledéfendre comme ill’avait fait des années durant, avec le voile.

Commentaires