PARTAGER

Bricomag est un grande surface qui commercialise (comme son nom l’indique) du matériel de bricolage. Installée depuis 2011 dans un local loué de 200 m2 à Kénitra, elle emploie une vingtaine de personnes. Jusqu’ici prospère, la PME qui a été portée par une croissance de son chiffre d’affaires de 30 à 35 % de son inauguration à 2014, atteignant les 16 MDH, elle se retrouve étranglée à cause d’un choix de localisation qui lui est aujourd’hui fatal : celle-ci se trouve sur un terrain promis à l’expropriation par l’ONCF en raison du tracé de la LGV Tanger-Kénitra. « Fin 2014, nous avons été informés, oralement, de l’imminence de notre expropriation par l’ONCF pour l’aménagement de la gare LGV de Kénitra. Cela a créé une atmosphère de panique chez nos employés et provoqué un grand nombre de départs depuis début 2015. Nos fournisseurs ont limité nos encours et nos clients n’ont plus confiance en la garantie que nous leur offrons », relate à la presse Ismaïl Haddour, promoteur du projet. Et d’ajouter : « Les conséquences sur notre chiffre d’affaires sont significatives. Il est en baisse constante depuis 2015 s’affaissant à 10MDH ». « Nous sommes à l’agonie et nous n’avons aucune visibilité sur la suite de notre activité donc impossible d’investir ou de s’endetter. Je crains pour la survie de mon entreprise. Jusqu’à aujourd’hui nous n’avons toujours pas de date d’expropriation ou de délai pour nous préparer », assure-t-il. Invité à faire son commentaire sur la situation, l’ONCF n’a pas encore répondu….

Source : Ledesk.ma

Commentaires