UNE SEMAINE TRÈS DURE POUR LE 1er MINISTRE BENKIRANE

UNE SEMAINE TRÈS DURE POUR LE 1er MINISTRE BENKIRANE

361
0
PARTAGER

Sur son agenda très chargé figure en effet deux rendez-vous décisifs qui vont donner un aperçu sur ce que sera la période  qui court jusqu’à l’échéance de celui-ci d’autant plus que les prochaines élections législatives et communales en premier pointent à l’horizon.

Dès ce lundi, il doit rencontrer après la rupture du jeûne, les leaders des partis de sa majorité.Voilà bien longtemps que cela ne s’était pas produit, donnant l’impression que le chef de la majorité ne se concerte avec ses alliés que quand bon lui semble, surtout quand il a besoin de leur soutien psychologique pour faire face à ses adversaires sur le ring qu’est devenu le parlement. Ce sera le cas le lendemain de cette rencontre, comme nous le verrons quelques lignes plus loin.

Pour le reste, Abdelilah Benkirane, aura des sujets en abondance à discuter avec ses partenaires au gouvernement dont celle en premier lieu, de l’ éventualité d’un remaniement ministériel et la gratification du parti du Mouvement Populaire de nouveaux porte-feuille à laquelle s’accroche mordicus le leader de cette formation politique qui en fait une question de principe quitte à créer un nouveau malaise au sein de cette majorité fragile et à déstabiliser le gouvernement.

Le lendemain de ce rendez-vous qui ne s’annonce guère sous les meilleurs auspices, le chef de l’exécutif est appelé à venir faire le bilan de la moitié de son mandat devant les députés de la nation avec plusieurs mois de retard, surtout devant une opposition chauffée à blanc qui ne cesse de lui reprocher de la prendre de haut sans respecter la constitution.

Dans ce sens, il faudra s’attendre à tout sauf à une séance se déroulant dans le calme et dans les règles de l’art. Habitué à répondre avec virulence et à s’emporter à la moindre critique de ses adversaire politiques, il n’est pas exclu que l’on assiste encore une fois à des dérapages verbaux et à des incidents puisque l’opposition a déjà promis qu’elle ferait en sorte que cette séance-bilan, la première et dernière de son mandat, ne lui soit pas de tout repos et qu’il doit s’attendre à un accueil des moins courtois pour l’avoir si longtemps dévalorisée et minoré son importance dans ses différentes sortes.

Le décor est ainsi planté pour la semaine la moins paisible pour le premier ministre et son parti depuis leur arrivée aux affaires, avec beaucoup d’interrogations sur les conséquences qui en découleront pour la marche future du gouvernement.

 

Jalil Nouri

Actu-maroc.com ________________________________________________________

Commentaires