PARTAGER
On se serait cru dans un film d’épouvante comme seul « Hollywood » sait en produire dit un jeune de la ville ocre qui a vécu des heures noires au milieu de cette semaine, sans que curieusement, l’information ait circulé dans les médias. Pourtant, la journée de mercredi dernier restera dans les mémoires bien qu’aucun bilan définitif et détaillé n’ait été fourni par les autorités. La vie suivait son cours normalement quant soudain le ciel s’est assombri  au milieu d’une violente tempête de sable qui a fait fuir les passants vers des abris de fortune. Immobilisés dans leurs voitures, les automobilistes commençaient à penser à les abandonner au milieu de la route, sentant que le pire allait se produire avec une telle tempête.
Toute la ville s’est transformée alors en une cité fantôme avec pour seuls bruits, ceux des panneaux arrachés de leurs socles et des toits bricolés de vieilles maisons dans les quartiers populaires propulsés plusieurs mètres à la ronde, sans faire de dégâts humains, fort heureusement.
Cette scène apocalyptique, jamais vécu par le passé, selon le témoignage d’un vieil homme, aurait pu se transformer en une vraie catastrophe car le thermomètre affichait allègrement au même moment les 47 degrés. Et effectivement, la conjugaison des deux a de quoi donner froid au dos aux optimistes. Le pire a été évité pendant une heure en tout et pour tout mais qui aurait pu se transformer en enfer sur la terre de la prochaine conférence mondiale sur les changements climatiques auxquels certains avertis ont vite attribué ce qu’il venaient de vivre.

Commentaires