PARTAGER

Qu’ il s’agisse d’un acte isolé ou d’un acte criminel prémédité fomenté par des services occidentaux,  l’assassinat de l’ambassadeur russe en Turquie risque d’être lourd de conséquences et de brouiller encore plus les pistes. Les chancelleries occidentales ont dénoncé l’attentat commis à Berlin un peu plus tard dans la soirée du lundi, mais pas l’assassinat de l’ambassadeur russe.

La pilule de la libération d’Alep par l’armée de Bachar Elassad a été apparemment trop amère et dure à avaler pour certains,  y compris Israël qui voit  d’un très mauvais oeil que des combattants du Hezbollah Libanais , des services spéciaux Iraniens et des troupes de l’armée Syrienne soient tout proches du Golan Syrien occupé par l’état hébreu..

On comprend bien que la Turquie soit attaqué depuis l’avènement de Daech , mais l’on comprend davantage pourquoi certains pays seraient bien soulagés d’en finir avec le récent rapprochement Turco-russe.

Dans l’enfer vécu par les populations civiles  à Alep  depuis de longs mois , prises en otage sous le feu des bombardements   et prises en tenailles entre  les rebelles et les assassins de Daech et de l’autre côté par l’armée de Bachar ElAssad et les forces qui la soutiennent , il n’y a pas que Moscou  et Damas qui sont responsables et coupables mais également les pays Occidentaux et Arabes qui ont fomenté cette tentative de coup d’état déguisé en révolution et qui ont soutenu financièrement et militairement les dizaines de milliers de combattants rebelles de l’opposition Syrienne et les mercenaires de Daech.

Assurément,  l’assassinat de l’ambassadeur russe à Ankara ne va faire qu ‘envenimer et compliquer une situation chaotique déjà très inextricable car Moscou va continuer à lutter à sa manière contre le terrorisme pour reprendre à son compte cette chanson inventée par les Occidentaux. .

Le pire, c’est que toute perspective d’accord politique global est désormais de plus en plus improbable et l’on voit très mal Américains et Russes oublier leurs anciens différents , au conseil de sécurité des Nations-Unies notamment.

Sinon, lorsque les Européens ont fait fi du fait que la Turquie soit membre de l’OTAN et allié stratégique militaire de Washington et ont rejeté Ankara loin des frontières de l’UE , les Turcs ont été obligés de se repositionner sur l’échiquier régional en nouant de nouvelles alliances ,  dont particulièrement celle avec l’ogre russe et pas seulement.

Une chose est sûre,  on risque de s’acheminer vers une guerre de »  Cent ans  » , voire vers un conflit jusqu’à la fin des temps..

Hafid Fassi Fihri

Commentaires