USA: un général épinglé pour des soupçons de manipulations en Afghanistan

USA: un général épinglé pour des soupçons de manipulations en Afghanistan

167
0
PARTAGER

Dans cette affaire digne d’un mauvais polar, à mi-chemin entre la science fiction et le trafic d’influence, l’armée américaine aurait cherché à utiliser illégalement les services de psychologues pour influencer élus et responsables étrangers.

 

Le but était d’obtenir plus de troupes et de fonds pour l’Afghanistan, notamment des formateurs pour les forces afghanes.

Le journal accuse le général de corps d’armée (trois étoiles) William Caldwell, responsable de la formation des troupes afghanes, d’avoir fait pression en 2010 sur une cellule de « psy-ops », des militaires chargés d’influencer le comportement de l’ennemi par le biais de la propagande.

Le haut-gradé aurait exigé de cette cellule qu’elle se concentre sur les personnalités en visite en Afghanistan.

Le principal mobile du général, selon le magazine, aurait été la promotion de sa propre carrière. Les membres de la cellule avaient d’ailleurs surnommé leur mission « opération quatre étoiles », précise l’article.

Le général David Petraeus, commandant de forces américaines en Afghanistan va ordonner une enquête sur l’affaire, a assuré jeudi le colonel David Lapan porte-parole du Pentagone. L’enquête devra déterminer « ce qui s’est passé et le cas échéant ce qui a été fait de façon impropre ou illégale ».

Goeff Morrell, porte-parole du secrétaire à la Défense Robert Gates a affirmé jeudi dans un communiqué que son patron « est au courant des allégations de l’article de Rolling Stone » et « soutient pleinement la décision du général Petraeus d’enquêter avant de tirer des conclusions ».

Parmi les personnalités ciblées dans l’affaire figurent le sénateur John McCain, ses collègues Joe Lieberman, Jack Reed, Al Franken et Carl Levin. Rolling Stone cite aussi le chef d’état-major interarmées Mike Mullen, le ministre allemand de l’Intérieur, l’ambassadeur tchèque en Afghanistan.

Le journal s’appuie sur des déclarations du colonel Michael Holmes, chef de la cellule en question. « Mon travail de +psy-op+ est de jouer avec le cerveau des gens, afin d’amener l’ennemi à agir comme nous le souhaitons. Je n’ai pas le droit de faire ça aux nôtres. Si on me demande d’utiliser ces capacités sur des sénateurs ou des représentants, on franchit la ligne rouge », a-t-il déclaré.

Son supérieur hiérarchique lui aurait demandé de réunir des dossiers sur les visiteurs pour connaître « les points sensibles sur lesquels nous pourrions agir afin d’obtenir plus de fonds ». « Comment peut-on obtenir de ces types qu’ils nous envoient plus de monde? Que dois-je leur enfoncer dans le crâne? », aurait demandé le chef d’état major du général Caldwell.

L’article précise que le général Caldwell a demandé en janvier à l’administration deux milliards de dollars pour l’entraînement de 70.000 membres des forces de l’ordre afghanes. Cette stratégie a été vivement soutenue par le sénateur Levin, président de la commission de la Défense.

Dans un communiqué jeudi, M. Levin a rappelé qu’il était un partisan de longue date d’une augmentation des forces armées afghanes et qu’il n’avait pas « besoin d’être convaincu ».

Le magazine Rolling Stone avait publié en juin 2010 une interview du général Stanley McChrystal, alors commandant des forces internationales en Afghanistan, dans laquelle ce dernier critiquait l’administration Obama. Le général avait été contraint à démissionner.

AFP_______________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

Commentaires