PARTAGER

Les distributeurs de carburants semblent s’être entendus pour célébrer, comme il se doit, la fête du travail, en répercutant une hausse de 30 à 40 centimes sur le super et le gasoil, sur l’ensemble des réseaux, ce qui, en raison du pont observé le week-end dernier, a pris de court les automobilistes qui auraient été tentés de faire le plein avant que l’augmentation ne soit appliquée à la pompe.

Encore une fois, le ministre chargé des affaires économiques et de la gouvernance était aux abonnés absents et ne s’est guère exprimé sur cette hausse injustifiée ni appelé les distributeurs à plus de retenue, d’autant plus que le prix du super, à titre d’exemple a frôlé les 11 dirhams qu’il vient d’atteindre, depuis plusieurs semaines. Résultat des courses, de nombreuses scènes de grognes et de protestation ont été enregistrées sur plusieurs points de vente, frôlant des gestes de violence dans certains cas.

Certains analystes économiques ont saisi la balle au bond pour pour se fendre de mauvaises prévisions pour les consommateurs, en prévoyant que ces hausses des prix du carburant sont un ballon d’essai avant une sombre période de flambée des prix qui devrait trouver son apogée à la veille du ramadan et se poursuivre tout le long de l’été, en profitant de la période des vacances mieux indiquée pour appliquer les hausses.  Un vrai cadeau du gouvernement El Othmani qui fait bien d’annoncer la couleur dès le début de son mandat.

Commentaires