PARTAGER
Il aura fallu attendre que des affrontements entre forces de sécurité et les habitants de la ville de Ouazzane et ses environs pour réaliser à quel point une grave pénurie d’eau sévit actuellement dans plusieurs régions du Maroc sans que les pouvoirs publics, qui n’ont pas retenu la leçon d’Al Hoceima, n’apportent de réponses ni aide à ce problème épineux qui met en péril la santé des citoyens et les met dans un quotidien dramatique.
Ces derniers jours, des marches et des sit-in se font écho dans plusieurs régions du pays alors qu’à aucun moment, la ministre de l’eau et encore moins les responsables de l’office de l’eau potable n’aient pris la peine de venir rassurer et réconforter les populations en détresse à la télévision.
A Zagora, à Ouazzane et dans une grande partie du sud-est du territoire, les habitants vivent ,depuis le début de l’état, une situation préoccupante de pénurie d’eau potable et restent soumis au régime sévère du rationnement qui les fait sortir pour crier leur colère et leur indignation légitimes.
Cruelle indifférence également de la part de la société civile et le tissu associatif, dont aucune composante dévouée,n’a réagi ni entrepris une initiative contre cette tragédie qui fait que l’on meure de soif encore au Maroc avec tous les risques de maladies qui menacent des populations désemparées et abandonnée seules devant l’adversité de la nature et livrées à elles-mêmes devant un manque déplorable de solidarité.

Commentaires