PARTAGER

Depuis le dernier discours du trône et le limogeage récent du ministre de l’économie et des finances, la probabilité d’un remaniement ministériel se profile, de plus en plus, à l’horizon proche de la rentrée dans quelques semaines et l’ouverture du parlement.

Cette éventualité est de plus en plus évoquée dans les états-majors partisans, au sein des cabinets ministériels et dans les rédactions des journaux où le sujet et ses prolongements st traité dans tous ses angles. Le plus important est celui du maintien ou non de la formation du RNI qui, si son départ est acté obligerait à rebattre toutes les cartes pour élargir la coalition à d’autres partis. L’autre changement actuellement envisagé est la disparition de certains ministères et leur remplacement par d’autres plus accès sur le social pour mettre en œuvre dans les plus brefs délais, le plan d’urgence selon les orientations royales déclinées lors d’une réunion tenue à All Hoceima avant la lecture du discours du trône dans la foulée.

Ce gouvernement remanié qui comprendrait le remplacement du ministre démissionnaire, Lahcen Daoudi,ne dépasserait pas 25 ministres en tout et pour tout y compris des surprises au niveau des nouveaux membres appelés à y siéger.

Pour l’heure et selon des sources concordantes, le chef du gouvernement, El Othmani n’a pas encore entamé les consultations dans un marathon qui s’annonce périlleux et attend visiblement des conseils et les pistes à suivre pour passer à l’acte.

Par Jalil Nouri

Actu-maroc.com

Commentaires