PARTAGER

Plusieurs ministres et secrétaires d’état ne sont pas assurés de garder leurs postes dans l’actuel gouvernement dirigé par Saad Eddine El Othmani et seront contraints de le quitter dans les prochaines semaines, si l’on se fie à des indiscrétions sortis des états-majors des partis formant la coalition gouvernementale.

Il s’agit de ministres cités dans le rapport commandé par le roi sur le retard pris et les défaillances de certains projets dans la région du Rif et de secrétaires d’état qui n’ont pas réussi à s’acclimater ni à admettre les ordres de ministres à part entière qui ont concentré tous les pouvoirs entre leurs mains , traînant comme des boulets des secrétaires d’état qui leur ont été imposés pour des raisons politiques, loin de toute compétence. Ainsi, ces considérations politiques qui ont prévalu lors de la formation de l’actuelle gouvernementale ont fait long feu et l’expérience ne sera probablement pas renouvelée avec ce remaniement qui va donner lieu, comme à l’accoutumée, à des tractations et marchandages interminables et éventuellement à une nouvelle crise politique si les appétits des partis pour les postes ministériels ne sont pas assouvis.

D’autres sources ne sont pas loin d’envisager un remaniement total si la crise du Rif persiste avec l’intégration du Pam en son sein.

Commentaires