PARTAGER

Les observateurs sont unanimes à miser sur une normalisation des relations entre les islamistes du PJD et leur chef Abdelilah Benkirane d’une part et le parti du PAM, maintenant que son secrétaire général, Ilyas El Omary, leur véritable bête noire , a quitté son poste à la surprise générale. Son successeur presque désigné, Hakim Benchemass n’a pas tardé, du haut de son perchoir de président de la Chambre des Conseillers, a montré des signes de bon,ne volonté à cet égard, sachant qu’il ferait d’une piere deux coups, puisque les islamistes cesseraient de lui mettre des bâtons dans les roues et l’aideraient, par ricochet, à réaliser un excellent bilan pour son mandat à la tête de la deuxième chambre. Ces mêmes observateurs s’accordent également à dire, dans la foulée, que ce rapprochement et cette lune de miel pourraient conduire à l’entrée du PAM au gouvernement dans le cadre d’un pacte d’union nationale, de plus en plus dicté, par la situation sociale que vit le pays depuis la vague de contestation dans la région du Rif et afin d’enterrer définitivement l’éventualité d »élections législatives anticipées aux coûts politique et financier exorbitants.

Bien avant la tenue du prochain congrès extraordinaire du PAM qui doit entériner le nom de Benchemass comme nouveau secrétaire général, il faudra suivre de près les manœuvres d’approche qui pourraient se conclure au détriment de la formation du RNI, très remonté contre le PJD qu’il se déclare prêt à quitter au sein du gouvernement tellement leurs relations se sont envenimées ces derniers jours.

Commentaires