PARTAGER
Bien en retard dans le programme d’adoption des lois organiques et pour ne pas laisser une mauvaise impression à la fin de son mandat, le gouvernement tente de mettre les bouchées doubles pour rattraper le retard de cinq années en appelant les députés à mettre fin à leurs vacances pour que cette sessions ne se déroule pas devant des sièges vides.
L’actuelle législature ne se terminant que le 13 octobre, il est normal que les élus répondent à cette convocation pour l’adoption de ces lois importantes au premier rang desquelles figure celle de l’amazigité longtemps attendu par les milieux berbérophones.
Les quatre formations de la majorité ont toutes donné leur accord pour la tenue de cette session extraordinaire, la dernière du genre sous ce gouvernement, et se sont engagés à mobiliser l’ensemble de leurs députés pour faire acte de présence à la date qui sera fixée ultérieurement, mais qui devrait se tenir après la fête du sacrifice, soit à la deuxième quinzaine du mois de septembre, à trois semaines des élections législatives, ce qui fait craindre également un taux élevé d’absentéisme.

Commentaires