PARTAGER

Rien ne semble arrêter le premier ministre et leader du parti islamiste du PJD , Abdelilah Benkirane dans la haine qu’il voue à la formation du PAM et ses dirigeants, celle justement qui représente le plus grand danger pour sa suprématie électorale.

Bien qu’il soit élu depuis peu à la tête de la nouvelle région du nord englobant Tanger, Tetouan et Alhoceima et alors qu’il vient tout juste de prêter serment devant le roi après avoir entamé son mandat depuis plusieurs jours en assistant à des activités royales, le numéro 2 du PAM, Ilias El Omari est de nouveau la cible du premier qui l’a traité au cours d’une réunion de « bandit » après l’avoir accusé plutôt ainsi que sa formation de financer ses campagnes électorales avec l’argent du trafic des drogues dures sans parler d’autres attaques verbales aussi violentes et graves les unes que les autres qui avaient poussé des conseillers du roi à intervenir pour demander au chef des islamistes et du gouvernement de modérer ses propos en raison de son statut, intervention qui ne semble avoir eu aucun effet sur le discours d’un Benkirane incontrôlable.

Dans sa croisade irrésistible, outrancière et sans discernement contre le PAM, ce dernier a dépassé toutes les limites du discours politique pour se rabaisser à des niveaux jamais atteints par le passé au plus fort des luttes entre partis.

Commentaires