PARTAGER
La chaîne de télévision « Médi 1 TV » qui n’arrive toujours pas à décoller dans les études d’audience, est confrontée depuis peu à une affaire de suspension d’une journaliste appelée à se transformer en licenciement dans les jours qui viennent et à des poursuites devant la justice pour licenciement abusif.
Il faut préciser avant toute chose, que jamais une procédure administrative visant un journaliste de l’audiovisuel marocain n’a autant été relayée sur les réseaux sociaux qui ont fait preuve avec la concernée, Soumia Dghoughi , présentatrice du bulletin « Afrique Soir. Lors d’une dernière édition, cette dernière a eu le malheur d’évoquer le terme « Sahara Occidental » au lieu du terme « Sahara Marocain » en vigueur au sein des médias nationaux.
Après ce sacrilège, la direction de la chaîne s’est fendu d’un communiqué transmis à la presse dans lequel elle parle de la gaffe commise par la journaliste et de la sanction prise à son égard, soit une suspension jusqu’à nouvel ordre en attendant la fin de l’enquête.
De son côté, la journaliste affirme a voir appris cette décision en même temps que la presse à travers le communiqué et qu’elle n’a pas été invitée à s’expliquer devant la direction. Et Soumia Dghoughi de promettre qu’elle ne se laissera pas faire et qu’elle est prête à aller en justice pour défendre ses droits en menaçant de dévoiler des informations peu glorieuses sur la chaîne dont les conflits internes ne se comptent plus.

Commentaires