PARTAGER

Ils sont 23 millions d’électeurs algériens appelés à se rendre dans les bureaux de vote pour les élections législatives, mais combien iront-ils voter au final? La question taraude tous les esprits, autorités, observateurs, médias et ne trouvera de réponse que dans quelques jours après les résultats définitifs. Entre-temps, beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts et l’on prévoit qu’une grande parti des 60.000 bureaux de vote n’enregistreront qu’une infime partie des électeurs car ce scrutin est appelé à constituer le taux d’abstention le plus haut de l’histoire du pays.¨Pourtant , voyant le danger par avance, les autorités auront débloqué la somme colossale de 900 millions d’euros pour sensibiliser la population à aller à voter en masse, mais la désillusion et le rejet de la classe politique sont devenus tellement présents que rien ne fera changer d’avis les électeurs.

Seuls 300 observateurs internationaux seront disséminés à travers tout le territoire pour contrôler ce scrutin pour lequel sont donnés par avance, les deux partis pro-gouvernementaux, assurés d’une large victoire, alors que le président Bouteflika ne s’est pas adressé de vive voix à la population pour l’inciter à aller voter, se contentant de faire lire un message en ce sens.

De l’étranger, ce vote est considéré comme sans enjeu et sans surprise, c’est dire qu’il ne faudra rien en attendre comme l’a si bien compris la population.

Commentaires