PARTAGER

Avec la visite programmée du roi Mohammed VI au Nigeria les 1er et 2 décembre, c’est une nouvelle page qui s’ouvre dans les relations avec ce pays qui a toujours été loin du cercle des proches du royaume et qui a penché, chose logique, pour les séparatistes du Polisario, et ce jusqu’à aujourd’hui.

Le président du Nigeria vient de recevoir un nouvel ambassadeur venu représenter les séparatistes de la pseudo Rasd, ce qui ne va pas aller sans créer certains remous et complications avant cette visite dont l’un des objectifs est justement de faire voter ce pays en faveur du retour du Maroc au sein de l’Union Africaine.

Cette nomination de l’ambassadeur des séparatistes du Polisario est une manœuvre orchestrée par l’Algérie et dont le but est de réduire à néant la stratégie diplomatique engagée par le souverain visant à rapprocher le Maroc de tous les pays considérés comme de fermes soutiens aux thèses du binôme Alger-Polisario qui a profité du vide justement laissé par cette absence d’une partie de l’Afrique, une politique qui s’est avérée plus couteuse et négative qu’autre chose.

Le Nigeria est considéré à juste titre, comme l’une des étapes les plus difficiles du périple royal entrepris ces dernières semaines sur le continent.

Commentaires