Yémen: 27 personnes tuées par balles à Sanaa

Yémen: 27 personnes tuées par balles à Sanaa

169
0
PARTAGER

Ce bilan porte à 53 le nombre des « martyrs » tombés à Sanaa depuis dimanche, a indiqué le comité, ajoutant dans un communiqué reçu par l’AFP, que 942 personnes avaient été blessées par balles en deux jours et que 47 d’entre elles étaient toujours dans un état grave.

Un précédent bilan obtenu de sources médicales faisait état de 20 tués à Sanaa et deux à Taëz, au sud-ouest de la capitale.

Une source médicale a annoncé que le bilan s’était alourdi à Taëz. « Quatre manifestants tués par balles ont été admis à l’hôpital al-Raoudha » de la ville, a indiqué à l’AFP une source médicale.

Par ailleurs, le parti d’opposition islamiste Al-Islah a annoncé que trois de ses membres avaient été tués lundi dans une attaque par les forces de sécurité contre l’une de leurs permanences à Sanaa.

En outre, des témoins ont rapporté qu’un soldat avait été tué et quatre autres blessés par un obus à l’entrée de l’hôpital Al-Joumhouriya lors d’un accrochage avec des militaires du général Ali Mohsen al-Ahmar, rallié à la contestation en mars.

Un officier dissident, le commandant Khaled Abdelwali, a été également mortellement atteint par le tir d’un sniper alors qu’il se trouvait à l’entrée de la place du Changement, a annoncé à l’AFP une source à l’hôpital de campagne sur la place, épicentre de la contestation.

Les 20 salles d’opérations des cinq hôpitaux de la capitale sont débordées et il y a un manque flagrant d’équipements médicaux, a ajouté le comité, qui a affirmé que des ambulances avaient été empêchées d’évacuer les victimes.

Les forces de sécurité et des hommes armés, partisans du régime, ont attaqué les manifestants à l’arme lourde, à l’artillerie anti-aérienne et aux obus.

Des dizaines de snipers ont également été déployés autour de la place du Changement et de la rue al-Zoubeiri, conquise dimanche soir par les protestataires, selon le communiqué.

Le comité place les pays « frères et amis » et la communauté internationale devant leur « responsabilité morale » face à ces violences, provoquées selon lui par « la famille (du président) Saleh, devenue un danger pour la région ».
« Nous n’accepterons pas moins que le départ immédiat de Ali Abdallah Saleh et de ses hommes du pouvoir », poursuit le comité.

AFP_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires