Yémen: le président Saleh se dit prêt à partir mais met en...

Yémen: le président Saleh se dit prêt à partir mais met en garde contre le chaos

178
0
PARTAGER

« Nous leur disons, venez, discutons ensemble d’une solution à feu doux consistant à transférer le pouvoir pacifiquement. Nous ne nous agrippons pas au pouvoir mais on ne peut pas le donner à n’importe qui », a déclaré M. Saleh, à propos de l’opposition qui réclame son départ immédiat.
« Il est anormal qu’une minorité torde le bras à la majorité », a-t-il encore dit en affirmant que ses partisans étaient majoritaires dans le pays et que l’opposition ne représentait qu’une fraction des Yéménites.
« Je n’ai pas pour culture de m’accrocher au pouvoir, mais je vais m’y accrocher à n’importe quel prix pour le transférer de manière pacifique et aucunement sous la pression », a-t-il martelé.

 

Il a accusé les islamistes de « surfer sur le mouvement des jeunes » qui agite les pays arabes et affirmé que son pays était « une bombe à retardement » qui risque de basculer dans un situation à la somalienne si les opposants persistent à vouloir demander son départ.

M. Saleh a répété son appel au dialogue aux opposants: « Qu’on se réconcilie et qu’on transfère le pouvoir dans deux mois, dans quatre mois et même dans une heure non pas à des personnes mais au peuple à travers ses institutions représentatives ».

Mais il s’est montré en même temps sceptique sur la capacité des opposants à gérer le pays. « Je les mets au défi (…) de trouver des solutions aux problèmes du Yémen même si le président part dans deux heures ».
« On était deux pays il y a 22 ans », le Yémen « sera partagé en trois ou quatre entités (…) et ils (les opposants) ne pourront contrôler que Sanaa et quelques provinces », a averti le chef de l’Etat.
« Cela conduira le pays vers l’inconnu et je suis responsable de la sécurité du pays que je dois conduire en eaux calmes », a-t-il encore dit.

M. Saleh, au pouvoir depuis 32 ans, est confronté depuis fin janvier à un mouvement de contestation populaire réclamant son départ et qui s’est accentué après la mort le 18 mars de 52 manifestants.

AFP_________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires