PARTAGER
Après le dérapage du chef du parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat, qui ont failli provoquer une grave crise avec la Mauritanie, son homologue du Pam n’est pas en reste, lui qui se trouve ces derniers jours, à l’origine d’une tension diplomatique avec la Turquie, dont le gouvernement dirigé par l’AKP du président Erdogan, est un fidèle allié de la formation du PJD qui dirige les affaires du pays, ce qui donne encore plus de piment à l’affaire.
Ylias El Omary qui a pour habitude de faire souvent sensation avec ses prises de position, a vertement critiqué dans une tribune le principe et le résultat du référendum organisé dimanche dernier à l »initiative du président islamiste turque, afin de transformer son régime parlementaire en régime présidentiel pour s’accorder plus de pouvoirs et rester à la tête de l’état jusqu’en 2029.Pari gagné avec près de 52% pour ce changement controversé.
Dans sa réaction, le numéro 1 du seul parti de l’opposition marocaine, a non seulement évoqué un coup de force caché par un paravent de procédure démocratique, mais s’est dit craindre, en outre, que d’autres chefs d’états de la région ne soient tentés de s’inspirer de la démarche du président turque Erdogan. Il ne s’en est pas fallu plus pour que l’ambassade de Turquie à Rabat ne publie un long communiqué dans lequel elle justifie la consultation populaire que vient de vivre son pays mais y précise surtout que la prise de position d’Ylias El Omary est malvenue, et qu’elle n’est pas conforme aux traditions d’amitié et de fraternité qui unissent la Turquie et le Maroc. Pire encore, dit-elle, cette sortie pourrait avoir de fâcheuses conséquences sur ces liens.Comprenne qui pourra et c’est une position officielle de l’état qui est demandée pour réparer les dommages.
Par Jalil nouri

Commentaires