PARTAGER

Très tardivement et en attendant semble-t-il des directives qui ne viendront pas, le numéro 1 du PAM a compliqué la situation dans la région du Rif encore plus qu’elle ne l’est. Celui qui préside aux destinées de cette région a disparu des radars et pris une large distance avec les événements de ces dernières semaines avant de resurgir dans l’actualité en appelant à la tenue d’une conférence tenue vendredi à Tanger, loin d’Al Hoceima, avec les acteurs de la civile qui ne viendront pas finalement et la moitié des députés seulement, ceux du PJD ayant boycotté cette étrange initiative.

Etrange car elle intervient au moment où le gouvernement a repris la main sur le dossier, étrange car elle cache des arrières pensées politiques qui ne disent pas leur nom et étrange car elle n’apporte rien de nouveau par rapport à tout ce que le monde sait et tout ce qu’il convient de faire.

La conférence n’aura pas manqué de se draper dans le ridicule, l’initiative d’El Omary ne se sera achevée que sur un appel au gouvernement à agir vite et annoncer un programme de travail avec un planning de réalisation urgent des chantiers prioritaires alors que des intervenants ont fait remarquer à juste titre, que si le siège avait été établi dès le départ à Al Hoceima, centre névralgique et sensible de la région réfractaire de la région du Rif, au lieu de Tanger au développement reconnu, les manifestations et le « Hirak » n’auraient probablement pas eu lieu. Comprenne qui pourra.

Commentaires