PARTAGER
La Zakat Al Fitr, aumône de la rupture du jeune, est une sunna très recommandable dont doit s’acquitter tout musulman désireux de purifier son âme et de rallier son cœur à Allah.

Instituée selon une mesure bien déterminée que chaque musulman doit verser avant d’aller à la prière de l’Aïd Al Fitr, marquant la fin du mois sacré de ramadan, Zakat al Fitr revêt en général un rôle social de premier plan. Elle contribue de ce fait à corriger certaines situations socio-économiques et ancrer la pratique islamique dans l’âme et l’esprit de tout croyant.

Le prophète Mohammed a clarifié, par l’acte et la parole tout ce qui a trait à cette aumône purificatrice : Qui sont redevables, pourquoi donner cette Zakat, quand la donner et où, à qui la donner et quel est le montant de la Zakat ? Elle est en fait appelée ainsi parce qu’elle correspond à la fin du mois du Ramadan et donc du jeûne. Elle est instituée pour purifier chaque croyant de tout ce qui aurait pu entacher son jeûne tels que des propos obscènes ou écart de conduite, et de subvenir aux besoins des pauvres durant les jours de la fête de l’Aïd.

« Notre bien aimé Prophète – Paix et Salut sur Lui – a institué Zakat Al Fitr pour chaque tuteur musulman (père de famille) pour lui et pour ceux qui sont à sa charge obligatoire afin de purifier le jeûneur des propos vains et indécents qu’il avait proféré durant le Ramadan, nourrir les pauvres et nécessiteux et répandre la joie dans la société », explique le professeur Abdellah Guedira, président du conseil local des Oulémas de Rabat.

Il est préférable que Zakat Al Fitr soit versée avant d’aller à la prière de l’Aid Al Fitr, ou un ou deux jours avant l’Aid, souligne M. Guedira, ajoutant que celui qui est redevable de cette Zakat et retarde de la donner jusqu’au coucher du soleil du jour de la fête (ou plus) aura commis un péché, mais il aura toujours le devoir de s’acquitter de cette Zakat. Elle doit être donnée au musulman libre et pauvre, mâle ou femelle et non au riche et au mécréant.

Concernant la question de s’acquitter de la Zakat Al-fitr en valeur monétaire, les avis des Oulèmas divergent, entre ceux qui disent qu’elle doit être exclusivement donnée en nourriture majoritaire du pays, soit un « Sâ » d’une denrée donnée, et ceux qui voient qu’elle peut être donnée en espèces pour permettre aux pauvres de passer l’Aïd dans de meilleurs conditions, conformément au hadith « épargnez-leur la mendicité le jour de l’Aïd ».

Le professeur Abdellah Guedira estime à cet égard que le musulman peut offrir la Zakat en espèce, ajoutant qu’elle équivaut à la valeur de 2,5 kilogrammes de la nourriture majoritaire du pays. Il a indiqué à cet effet que le conseil supérieur des oulémas a, après avoir effectué une étude de terrain, a fixé la moyenne de la Zakat al Fitr entre 17,5 et 20 dirhams par personne.

Commentaires