PARTAGER

Chassez le naturel, il revient au galop, le dicton s’est une nouvelle fois confirmé avec la décision d’interdire les sacs en plastique qui permettent par leur usage quotidien, de classer le Maroc comme deuxième pays au monde à s’en servir le plus au quotidien, pour atteindre les 26 milliards de sacs par an et causer un vrai désastre environnemental à nos paysages.

A peine l’interdiction entrée en vigueur vendredi dernier et quelques mesures alternatives proposées par les structures bien organisées comme les grandes surfaces et des magasins tenant le haut du pavé, le commerce continue à proposer ses sacs en plastique comme par défiance ou bien montrer leur indispensable utilité qui, sans leur utilisation, mettrait en péril leur activité.

Côté commerces de proximité, ce sont les boucheries qui se sont conformée à la nouvelle règlementation en revenant aux emballages à base de papier glacé alors que pour les autres, aucune alternative n’a été introduite, les autorités compétentes ayant déclaré l’interdiction des sacs en plastiques sans orienter les concernés vers des solutions alternatives et non pénalisantes pour leurs revenus déjà en baisse pour cause d’inflation permanente. Dès lors, les citoyens se demandent si la mesure tiendra-t-elle dans la durée ou restera-t-elle un simple effet d’annonce.

Commentaires