PARTAGER

Pour son premier match comme entraîneur du Real Madrid, Zinedine Zidane a obtenu une large victoire  (5-0) à domicile face au Deportivo La Corogne. Enlevée et plaisante, la rencontre aura esquissé l’idée d’un nouveau souffle dans le jeu merengue, même s’il faudra encore attendre un peu pour pouvoir juger réellement les qualités d’entraîneur du légendaire n°10 des Bleus.

Comme dans un rêve. La première de Zinedine Zidane sur le banc du Real Madrid a tourné à la démonstration, face à un Deportivo La Corogne pourtant dangereux en début de match. Mais le premier but madrilène, inscrit par Benzema sur une jolie madjer (1-0, 15e) a changé le cours de la rencontre, en donnant confiance aux Merengues. Omniprésent, Bale allait ensuite signer un coup du chapeau (2-0, 22e ; 3-0, 49e ; 4-0, 63e) face à une défense galicienne de plus en plus dépassée. Alors que Cristiano Ronaldo enchaînait les occasions manquées, Benzema venait parachever le succès madrilène en toute fin de partie (5-0, 90e+1). Bien sûr, tout n’a pas été parfait. Bien sûr, le Real aura à affronter des adversaires autrement plus redoutables que le Deportivo. Mais à plusieurs titres, ce premier match de Zidane dans la peau d’un entraîneur d’équipe première aura été très instructif.

Zidane tient (déjà) ses promesses

Cette semaine, lors de sa première conférence de presse, le Français avait affirmé sa volonté de mettre en place un jeu offensif, audacieux mais équilibré. Et si la mise en route fut plutôt difficile, c’est bel et bien ces préceptes qu’ont tenté d’appliquer les Merengues ce soir. Sur le plan tactique, le Français a mis fin aux expérimentations de Benitez, et repositionné son équipe dans un 4-3-3 relativement simple. Avec une grosse participation offensive des latéraux, et un duo Modric-Kroos chargé de lancer les actions, ZIzou s’inscrit clairement dans la lignée du prédecesseur de Benitez,Carlo Ancelotti, dont il fut un temps l’adjoint.

Benzema, premier buteur de l’ère Zidane

C’est peut-être ce qu’on peut appeler la chance du débutant. Malgré un début de match compliqué, où les joueurs du Depor ont mieux tenu le ballon et se sont procurés les meilleures occasions, le Real de Zidane n’a pas eu le temps de douter. Au quart d’heure de jeu, en effet, Benzema a ouvert le score d’une talonnade inspirée, inscrivant son 100e but en championnat pour le Real. Si le geste du Français ne doit rien à personne, ce but est tout de même un peu chanceux, car c’est dans la continuité d’une frappe manquée de Sergio Ramos que le Français a dévié le ballon. Sur cette action étrange, Benzema semblait hors-jeu, mais était en fait couvert par un joueur du Depor. Un concours de circonstances qui a changé la face du match. Certes, le Real a ensuite surclassé son adversaire. Mais si Navas n’avait pas sorti le grand jeu sur son un-contre-un face Perez, à 0-0, le scénario (et l’issue) du match aurait peut-être été très différents…

Le Depor, c’était quand même du costaud

Bien sûr, le Deportivo La Corogne d’aujourd’hui n’a plus grand chose à voir avec celui qui damait régulièrement le pion du Barça et du Real, à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Mais sous la houlette de l’ancien international Victor (formé au… Real Madrid), nommé entraîneur en mai dernier, arrivé au club en avril dernier, le club galicien a réalisé un bon début de saison. Installé dans le top 10, le Depor était, avec le Barça, le club qui avait concédé le moins de tirs adverses avant les matches de la 19e journée. Une statistique qui a donc volé en éclats lors de ce match, au cours duquel le Real a frappé 23 fois au but.

Bale a rayonné, C. Ronaldo a vendangé

Tous deux confortés cette semaine par Zizou dans leur statut de stars de l’équipe, les deux joueurs les plsu chers de l’histoire du football ont connu des destins opposés sur cette rencontre. Tout a réussi à Gareth Bale. Disponible et inspiré dans le jeu, il s’est montré létal devant le but, en convertissant trois de ses quatre occasions franches, et s’est même permis un tacle tonitruant, mais propre, dans sa surface en fin de match, alors que le score était de 4-0. Cristiano Ronaldo, lui, a manqué toutes ses tentatives de tir, qui furent pourtant nombreuses. Ce n’était pas son soir, mais le Portugais a tout de même trouvé le moyen de signer deux passes décisives, dont une involontaire pour le dernier but de Benzema, après un vilain cafouillage indigne d’un triple Ballon d’Or. On se gardera bien, néanmoins, de voir dans ce contraste des performances un signe annonciateur d’une prise de pouvoir de Bale sous l’ère Zizou. Ne serait-ce que, pour la première fois depuis quelques mois, Cristiano Ronaldo a vraiment semblé heureux d’être sur le terrain…

Commentaires