PARTAGER

La chanteuse populaire « Zina Daoudi’ en pleine promotion de son nouveau single qui ne risque pas de connaitre le même succès que « AÂTINI SAKI » n’imaginait pas que ce lancement allait coïncider avec une très mauvaise publicité que lui fait actuellement un de ses musiciens dans la presse en attendant de porter l’affaire devant les tribunaux.

Précisons tout d’abord qu’avec son nouveau disque, Daoudia  tente habilement de jouer sur la fibre sociale des marocains non sans démagogie, en évoquant l’affaire de « Zouj Franks » de la ministre Afailal qui avait scandalisé l’opinion publique en déclarant que les retraites des ministres étaient une misère.

Pour en revenir à son musicien, il s’agit de son percussionniste, Aissa,  qui a travaillé avec elle pendant une quinzaine d’années et qu’elle a abandonné dans la misère une fois malade. Ce dernier, dont l’épouse s’occupait du foyer de la chanteuse et de sa fille adoptive, qui a été récemment hospitalisé et sans ressources financières a cru trouver auprès d’elle un soutien qui n’est jamais venu, le laissant dans un abandon total et lui demandant ainsi qu’à son épouse de ne plus revenir travailler pour elle ni la rappeler pour demander de l’aide en faveur de son mari malade. Après quinze années de bons et loyaux services, le musicien gravement malade n’a bénéficié d’aucune aide morale ou financière ni reçu la visite des autres membres de l’orchestre sur ordre de cette chanteuse sans cœur et au sac rouge bien fermé devant des proches dans le besoin qui ont contribué à sa riche carrière.

Commentaires