Rabat, une capitale désordonnée? Entre folie des grandeurs et désagréments au quotidien

22
SHARES
101
VIEWS
La capitale du Royaume est-elle en train de souffrir entre folie de grandeurs et multiples et interminables désagréments au quotidien?
Rabat , à plusieurs points de vue, c’est le meilleur et le pire!
Si l’on excepte, bien entendu, Hay Ryad et le Souissi avec leurs résidences et autres enseignes de luxe , tous les autres quartiers de Rabat souffrent de chaussées et de trottoirs de très mauvaise qualité sans parler de l’état des routes et de toute une série de stigmates du sous-développement durable dont surtout la ruralisation de la ville avec des souks à ciel ouvert, des déchets et un flagrant manque de propreté.
De ce point de vue , la Wilaya et la mairie ont énormément de choses à se reprocher car il est flagrant que les responsables de la ville ne s’acquittent pas de leur mission de la meilleure manière surtout en ce qui concerne l’unité de la ville.
Sinon , Rabat va nettement mieux en matière de transport en commun surtout depuis la mise en service d’une nouvelle flotte de bus et l’extension prochaine du Tram vers de nouveaux quartiers colle Elkarya et Yaacoub Elmansour.
De ce point de vue , l’amélioration qualitative du service est franchement une très bonne nouvelle par rapport à ce qui se faisait auparavant.
Coup de semonce de L’UNESCO !
Déclarée patrimoine mondial en 2012, la ville de Rabat a des comptes à rendre à l’UNESCO, notamment sur ses projets annoncés en grande pompe de se doter de musées, d’un grand théâtre, de gares ferroviaires entièrement refaites, de ponts flambant neufs ou encore de la plus haute tour d’Afrique. L’agence de presse espagnoleEFEa indiqué, cque les responsables locaux n’ont effectivement pas anticipé que le classement de leur ville impliquait une communication en amont sur tous ces chantiers et leur impact, notamment visuel, sur la cité. «En juillet dernier, le gouvernement marocain a reçu une lettre du Comité du patrimoine mondial dans laquelle ce dernier, dans des termes inhabituellement difficiles, a déclaré ”regretter vivement que tous les détails de ce grand programme (l’urbanisme à Rabat) et que les projets accessoires ne [lui] ont pas été annoncés préalablement”», explique EFE. Ainsi, une échéance d’ici à février 2020 a été donnée à l’exécutif pour mener «une étude d’impact», en mettant un accent particulier sur l’impact visuel et paysager.Selon l’agence de presse, cette missive est «tombée comme une bombe dans les hautes sphères». En effet, «deux projets ont particulièrement interpelé l’UNESCO : la future tour Mohamed VI et l’extension de la gare de Rabat-Ville», qui ont été décidés sans communication préalable auprès de l’institution onusienne. Je La tour serait «le projet de la discorde» par excellence. Voulue comme la plus haute d’Afrique, elle serait mal placée puisqu’elle se dressera sur les abords du Bouregreg, donc sur une zone où les bâtiments ne dépassent pas les trois étages, ce qui ne rassure pas l’UNESCO. Pourtant, «les fondations sont déjà en place et l’élévation du bâtiment n’est qu’une question de mois», explique EFE, s’interrogeant sur les modalité de règlement des factures salées que nécessitent de tels projets.
Une question se pose avec insistance, pourquoi cette folie de grands projets à gros budgets et qui risquent de ne pas être rentables économiquement alors que la population a besoin de petits projets qui répondent à ces besoins.
Une frénésie pour les grands projets.!!
Cette frénésie pour les grands projets, on la retrouve également dans le domaine touristique.
“Depuis quelques années, la capacité d’accueil de notre région est en progression constante. Et cette année, nous allons doubler l’offre en hôtels 5 étoiles », déclarait Hassan Bargach, président du Conseil régional du tourisme (CRT), lors de la dernière assemblée générale du CRT de la région Rabat-Salé-Kénitra (R.S.K).

Dans ce sens, il a précisé qu’en 2020, il est prévu l’ouverture de trois établissements hôteliers appartenant à des enseignes de renommée mondiale. Selon le président du CRT, il s’agit du Fairmont à la marina de Salé, l’hôtel Ritz Carlton à Rabat et le Marriott au sein du complexe commercial Aribat Center, ouvert dernièrement au public. Ces trois projets, qui ont nécessité un investissement global de plus de 1,5 milliard de DH, portent sur une capacité totale dépassant les 900 lits, proche de la capacité actuelle des hôtels 5 étoiles.

« L’arrivée de grands opérateurs mondiaux du secteur du tourisme, qui mobilisent de gros investissements, est un signe de confiance envers la destination », a salué Hassan Bargach

On vous le disait au début, Rabat la capitale de la culture africaine c’est le meilleur et le pire!

Hafid Fassi Fihri

Commentaires

Next Post